Nouveau modèles d’affaires du droit

En tant que membre du conseil scientifique du pôle numérique du club des Juristes, avec Olivier Chaduteau, de Day One, je suis le rapporteur du groupe de travail sur les nouveaux modèles d’affaires.

Vous pouvez contribuer à nos travaux et renseigner ce formulaire https://legaltechlawyer.typeform.com/to/MmpKbA

Objet du programme de recherche

les nouveaux business models du triptyque Direction juridique/ Avocats/ Legal Tech-Reg Tech.

Contexte/ Problématique

 

  • Les nouveaux modèles d’affaires liés aux mutations de la prestation juridique

 

Suite à la crise financière de 2008, la part du budget des entreprises dédiée aux prestations de services juridiques a été revue à la baisse. En cause notamment : la facturation au taux horaire. Un mode de facturation souvent opaque (“qui fait quoi et pourquoi”) et qui ne permet pas aux entreprises de prévoir suffisamment à l’avance le montant des dépenses consacré au juridique.

Ainsi, sans faire directement référence à la problématique de la transformation numérique du droit, il semblerait que nous assistons à une mutation du marché des services juridiques lui-même.

Legal process outsourcing, commoditisation des services juridiques, alternative legal services, alternative fee arrangement ; tant de concepts et de pratiques qui alimentent la thèse selon laquelle les modèles d’affaires dans le monde du droit seraient en pleine mutation.

Dans un contexte de compétition internationale accrue et d’une accélération des développements de la technologie appliquée au droit (legaltech), de plus en plus de professionnels du droit en France constatent la nécessité de réinventer leur offre de valeur ainsi que leurs modèles d’affaires.

Il semblerait néanmoins qu’une tendance guide cet effort de réinvention : offrir au client une place centrale au sein de la prestation de service juridique.

Pour le livrable final, le groupe de travail s’attachera à identifier les principales causes de ces évolutions des modèles d’affaires des directions juridiques, des cabinets d’avocat et des legal tech/ reg tech  et à recenser les premières réponses envisagées par les acteurs du marché afin d’y apporter des solutions adaptées.

 

  • Les nouveaux modèles d’affaires de l’économie numérique du droit

 

Parallèlement à l’évolution du marché du droit, on relève une extension du périmètre classique de ce marché.

Si le numérique a souvent été présenté comme une menace pour le monde du droit, il représente aussi (et surtout) de réelles opportunités pour ses acteurs.

Dans l’économie numérique, il y a un besoin de réinventer la gouvernance et l’application de la règle. Il existe également un besoin de solution juridiques nouvelles pour répondre au besoin en droit d’un grand nombre d’acteurs.

Depuis quelques années, plusieurs mesures convergent vers la création de chaînes juridiques totalement numériques dans un cadre déontologique rénové.

Dans ce changement de paradigme, quelques acteurs du marché du droit ont commencé à expérimenter des modèles d’affaires innovants, dans une démarche plus ouverte et collaborative, en partenariat avec des acteurs du numérique.

Un premier programme d’innovation collaborative  dédié à l’économie numérique du droit , mené tout au long de l’année 2016, avait permis de recenser les principaux défis, d’explorer les opportunités offertes par le numérique pour la transformation et la modernisation du monde juridique et judiciaire  et d’’initier quelques réponses concrètes.

Après une phase de découverte, le marché de l’économie numérique du droit est désormais en phase d’industrialisation.

Pour le livrable final, le groupe de travail s’attachera à recenser les nouveaux modèles d’affaires de l’économie numérique entre les acteurs du Legal et de la Tech et de formuler quelques propositions pour favoriser un modèle vertueux susceptible de procurer des avantages concurrentiels aux acteurs français et européens de ce nouveau marché.

 

Les commentaires sont fermés.